Terre ! Madère !

IMG_7510_thumb.jpgAprès 4 jours de navigation, la montagne de l’île de Porto Santo se dresse devant nous. Retour sur cette traversée, la deuxième du genre.

Il est minuit. Je suis de quart. Jean-Marie dort dans le carré, tout habillé, emmitouflé dans le duvet. Le bateau file à 6 noeuds, barré par le régulateur d’allure qui travaille en silence (on l’a surnommé Tabarly) ; le vent de nord-ouest souffle autour de 15 noeuds. Pour plus de tranquillité, nous avons deux ris dans la grand-voile et un génois partiellement roulé. On avance bien.

Cela fait 3 jours que nous avons quitté Sesimbra, au sud de Lisbonne. Le mal de mer commence tout juste à prendre le large. La nuit est si profonde que je ne distingue guère que les abords du bateau. Par moments, Balanec se soulève dans une embardée sévère et un jet d’écume suit sur bâbord, tel un énergique coup de pinceau. Là-haut, le ciel est mi-étoilé, mi-nuageux.

Ah ! la scélérate !

Je règle la minuterie sur 25 mn et ferme les yeux. A la sonnerie, coup d’oeil sur la carte numérique : aucun picto de navire, aucun danger. Je me redresse pour un tour d’horizon : pas de lumière. Soudain, l’anémomètre s’emballe : 20 noeuds, une vague de travers et crac ! Une poulie du régulateur d’allure casse et le “taiseux” se met en déroute. Jean-Marie bondit de sa bannette et prend la barre. De toute façon, il était 3 h du mat’… Je lui refile mon bonnet, décroche ma sangle, fais glisser mon gilet de sauvetage et enlève dans le carré les autres couches (veste de quart, salopette de pêcheur, pull polaire, jean).

Demain 25 août, nous verrons la terre. Madère, Mater… je glisse dans les bras de Morphée.

Publicités

4 réflexions sur “Terre ! Madère !

  1. Lionel Tristan dit :

    Bientôt le grand départ.
    J’aime suivre votre périple.
    Difficile d’imaginer l’état d’esprit que l’on peut avoir avant de faire la grande traversée, excitation, angoisse, sérénité, passion… Surement un mélange de tout ca…
    Je vous embrasse fort,
    Lionel

    J'aime

    • balanecatao dit :

      Salut Lionel, ça me fait plaisir ton petit signe de la main. Chaque traversée (Gascogne, 3 jours; Madère, 4 jours) est un « vrai » départ. C’est sur, 15 jours sans voir la terre, ça doit être quelque chose ! Il faut réussir, donc pour moi le bon mot, ce serait « courage » ! Il faut dire que je n’arrive pas à faire de yoga sur le bateau: y a pas un endroit de plat !! Gros bisous tous les 4. Gaelle

      J'aime

  2. Martine dit :

    Moi aussi, j’ai mon Tabarly : un rosier rose-rouge baptisé à son nom… Nous l’avons planté à côté de l’olivier que nous avons appelé Kersauson …😊

    C’est toujours la nuit, quand tout est bien réglé, qu’il y a des avatars !

    Merci pour toutes ces nouvelles, bonne continuation,
    Bises à tous

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s