L’école de la vie

coline_ecole_reglette

Le maniement des réglettes Cuisenaire sert l’apprentissage du calcul.

Coline et Erell sont scolarisées à l’école Diwan de Crozon, un lieu formidable où le vivre-ensemble respecte chaque individu.

Pas de punition, pas de devoir, pas de note. Défendue par son directeur,  la pédagogie prônée s’inspire largement de la méthode Freinet tout en rejoignant l’école du 3e type. Chaque enfant est encouragé dans sa découverte du monde, accompagné dans ses apprentissages, libéré d’un programme qui n’est pas forcément le même pour tous à la même heure. L’enseignement est dispensé en breton de sorte que l’enfant baigne, dès son plus jeune âge, dans le bilinguisme. Comme l’oral est prépondérant, les classes ont des effectifs plus faibles afin que chacun dispose d’un temps de parole suffisant.

S’entraider plutôt que se comparer

De petite taille (une quarantaine d’élèves), l’école s’appuie sur des classes multi-niveaux : les enfants du CP évoluent avec ceux de CM2, tandis que les trois niveaux de maternelle sont rassemblés. La coopération remplace alors naturellement la compétition.

« Apprendre est une capacité naturelle dont tout être humain est doué, en même temps qu’une liberté et un pouvoir,… à condition qu’on ne l’empêche pas », Bernard Collot, développeur de l’école du 3e type.

C’est dans ce contexte que je me suis intéressée à l’instruction en famille, libre, autonome, sans programme. Le documentaire Etre et Devenir, de Clara Bellar, a été le révélateur. On apprend à marcher, à parler sans aucun enseignement, simplement par imitation, par contact avec d’autres personnes. Pourquoi cette capacité d’apprentissage autonome s’arrêterait-elle brusquement ? Ne suffirait-il pas alors de cultiver l’envie, la curiosité et de supprimer le jugement, la contrainte et le stress ?

Apprendre plutôt qu’enseigner

Erell_gym_BDParcourir le monde en compagnie de sa famille offre tout le loisir pour mener des expériences et développer ses connaissances. C’est plutôt le parent qui doit, lui, replonger dans les encyclopédies pour raconter les volcans, les étoiles, le théâtre ou encore la pêche au gros ! Aussi faut-il multiplier les supports afin de pouvoir répondre aux innombrables questions et nourrir l’enfant curieux.

Le site Académie en ligne, émanation du Centre national d’éducation à distance (CNED), met gratuitement à disposition toutes les matières du CP à la Terminale. Conçus pour des élèves étudiant seuls ou simplement encadrés par leurs parents, ils semblent bien faits. Dans le cartable de l’aînée, j’ai donc rangé les cours des deux prochaines années en limitant les matières aux Français, Maths, Sciences et Instruction Civique.

Dans la bibliothèque sont aussi rangés beaucoup d’imagiers (pour la plus jeune), une encyclopédie sur la mer, un manuel de land art. Et un grand nombre de magazines, de petits romans, d’histoires du soir qu’on lit seul ou à plusieurs, ou qu’on écoute. Quelques livres audio complètent l’achalandage (téléchargés sur Littérature.audio.com ou achetés en librairie comme la collection signée Marlène Jobert).

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “L’école de la vie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s