Parasailor : le spi top !

Panama12012018-IMG_0115Nous avons équipé notre OVNI 435 d’un spi symétrique Parasailor. Et nous ne le regrettons pas !

En septembre 2016, nous avons participé au rallye Barbados 50 (lire l’article) organisé par Cornel Sailing. A Lanzarote (Canaries), le rallye s’ouvrait par une semaine de séminaires autour de divers thèmes : photographie de mer, techniques de mouillage, navigation au portant… Sur ce dernier thème, Jimmy Cornel évoquait les avantages du Parasailor. A ce moment, je pensais plus à un bon coup de pub qu’à une véritable amélioration de navigation.

Opportunité d’achat d’occasion

En arrivant au Guatemala (lien article), nous rencontrons un couple de retraités italiens qui naviguent sur un OVNI 435. Il veulent se séparer de leur spi Parasailor car ils trouvent son utilisation un peu trop sportive pour leur âge (80 ans !). Ils ne l’ont utilisé que 2 fois.

On se laisse tenter par cette occasion de 125 m2 même si nous possédons déjà un spi asymétrique. Nous ne nous en sommes servi que 3 ou 4 fois parce que la plage d’utilisation est très réduite. Nous réussirons à le revendre à un particulier au Panama.

Avantages

La plage d’utilisation du Parasailor est incroyable : jusqu’à 70º du vent. Nous l’avons essayé à 80° sous 6nds de vent apparent sans aucun problème avec une vitesse de 4 nds. Nous l’utilisons sans tangon, c’est l’une des raisons qui a motivé l’achat auprès de mon épouse. Elle n’aime pas me voir à l’avant du bateau trimbaler ce gros tube en alu ; d’ailleurs je me le suis déjà pris sur la tête, et grâce à elle…

Fonctionnement du Parasailor

Il existe plusieurs configurations :

-avec tangon ou sans

-avec la grand-voile (2 ris sont nécessaires) ou sans

Nous l’utilisons systématiquement sans tangon ni grand-voile.

Le Parasailor a besoin de 2 lignes appelées bras. Elles partent du cockpit, passent dans une poulie sur la proue et ensuite s’amarrent par un mousqueton aux points d’écoute bâbord et tribord. Notre Parasailor mesure 125m2 ; la longueur nécessaire des bras est de 22m ; les écoutes peuvent se limiter à 16m.

Une poulie ouvrante qui joue le rôle de barber hauler est intéressante afin de stabiliser le spi quand il y a de la houle. Il faut l’installer sur l’écoute sous le vent et la saisir sur un taquet latéral du rail de fargue.

J’ai placé une autre poulie ouvrante sur le poste avant, utile lors de l’affalage du spi. La positionner sur le rail de fargue, faire passer le bout de la chaussette dedans. Cela permet d’être beaucoup plus stable quand on l’affale car on tire du bas vers le haut.

Préréglage du Parasailor avant l’envoi du spi

L’envoi du spi est conseillé à 120º du vent. Mais, si le vent est soutenu, je pense que 150º est mieux.

Transpac27042018-IMG_0015

Avant l’envoi du spi, on peut prérègler la longueur du bras de spi à 2,50m au-dessus du point d’amure (proue, poulie sur davier).

L’écoute du même bord ainsi que l’autre bras sont relâchés.

L’écoute au vent n’est pas tendue.

Ne pas fixer tout de suite les mousquetons des écoutes et des bras sur le spi. Cela permet de défaire les tours dans la chaussette, une fois hissée.

Sortir la chaussette de sa housse, en prenant soin de conserver les bords vert et rouge chacun de son côté.

Ramener l’étouffeur sur l’avant et sous le vent des enrouleurs. Fixer au taquet avant la ligne de remontée de la chaussette.

On est prêt pour hisser la chaussette. Il faut une personne à la proue pour garder la chaussette sur l’avant.

C’est parti, la chaussette est en tête !

Envoi du spi

Défaire les tours de la chaussette si nécessaire et vérifier que la ligne pour ramener la chaussette est bien placée en avant de la chaussette.

Fixer les 4 mousquetons sur les deux points d’écoutes du spi. Mettre les mousquetons des bras sous les mousquetons des écoutes.

Tirer sur la ligne pour hisser la chaussette, ralentir au passage du kite. Souvent, cela passe difficilement à cet endroit.

Régler l’écoute de spi sous le vent.

Transpac26042018-IMG_0011

Affalage

Abattre à 150° du vent, vérifier que vous n’avez pas empanné depuis l’envoi du spi. Sinon, il faut passer la ligne de la chaussette sur l’avant de l’enrouleur de génois.

Choquer doucement l’écoute et seulement l’écoute. Attendre que le haut du spi se dégonfle puis commencer à tirer sur la ligne pour faire descendre la chaussette.

Au niveau du kite, attendre que celui-ci se dégonfle puis continuer à tirer sur la ligne.

Il n’y a plus qu’à faire tomber la chaussette et à la ranger.

Réglage :

Bras de spi angle vent apparent (AVA)

AVA: 110° – 120° Point d’amure du bras de spi à 2,50m au dessus de l’étrave.

AVA: 130° – 140° Point d’amure du bras de spi à 2,90m au dessus de l’étrave.

Transpac26042018-IMG_0012

Publicités

Traversée du Pacifique : la belle parenthèse

Galapagos17042018-IMG_0114Un mois en mer, 4000 milles nautiques, 7000 km, 1000€ de vivres, 250 litres de gasoil. Tels sont les chiffres éloquents de cette Transpacifique entre le Panama et la Polynésie française. Mais que fait-on pendant tout ce temps ?

« Vous ne vous ennuyez jamais ? » C’est, de retour d’une circumnavigation, l’une des questions des journalistes qui agaçait le plus Éric Tabarly. Ce à quoi l’officier de marine – bien éduqué mais breton – répondait, avec la meilleure volonté du monde : « Non ». Lire la suite

Transpacifique : J-3 !

Staniel island13 22042017La ville de Panama dans le dos, nous portons notre regard vers la Polynésie.

Dès que là fenêtre météo sera engageante, nous partirons traverser le Pacifique est : 4000 milles nautiques, soit plus de 7000 km ! Nous visons les Gambier, tout au sud.

Arrivée en mai, après 40 jours de mer.

Souhaitez-nous bon vent !

Balanec dans le Canal de Panama

Canal18032018-IMG_0061Après deux semaines d’attente à Portobelo, nous suivons le mythique Canal de Panama qui unit l’Atlantique au Pacifique. Devant cette machinerie jamais égalée, le navigateur à la voile se sent bien minuscule mais pas peu fier.

Démarré en 1880, sous l’égide de Ferdinand de Lesseps – le génial constructeur du Canal de Suez –, le Canal de Panama aurait pu contribuer à la grandeur française. Hélas, la défaite de l’ingénierie (impossible de percer les montagnes, de défricher la jungle) fut suivie d’un désastre humain (20 000 morts dus à la fièvre jaune, à la malaria et aux glissements de terrain) puis d’un fiasco financier.

En 1903, alors que le Panama proclame son indépendance vis-à-vis de la Colombie, il signe un traité avec les Etats-Unis afin que ceux-ci redémarrent les travaux. En 1914 le Canal, dont la réussite repose sur la conception de six écluses, est inauguré. Il relie le port de Cristobal, à Colon, au port de Balboa, à Panama City, par une percée de l’isthme panaméen sur 80 km. L’eau coule désormais sans obstacle entre l’Atlantique et le Pacifique. En 1999, le Canal « américain » est rétrocédé au Panama.

Esquema_del_Canal_de_Panamá

Le Panama, ça coûte un bras

Si l’archipel des San Blas nous a fait mener un train de vie sobre et économe – achats résumés à quelques fruits et légumes et à l’essence pour l’annexe –, entrer et croiser au Panama coûte cher. Permis de croisière : 185 $. Visa : 105 $/personne (1). Quant au passage du Canal, il se paye rubis sur l’ongle : 900 $ + 900 $ de caution (2). Location de pare-battages et de lignes normées : 75 $ ; déplacement « sous haute surveillance » en lancha et taxi jusqu’à la Citybank pour règlement en cash : 65 $. Stop ! On se console en apprenant que le ticket payé par les cargos pour un transit est de 350 000 $, au bas mot !

(1)    En février 2017, le visa est devenu gratuit. Dommage pour nous !

(2)    Pas de caution si l’on passe par un agent dont les services avoisinent les 350 $. Canal19032018-IMG_0118

Galop d’essai

En attendant notre date de passage, nous allons tâter du Canal avant l’heure. Chacun, séparément, nous convoyons des bateaux d’un océan à l’autre : Coline, la 1ère sur Cékankonvaou, Gaëlle sur Seayousoon et Jean-Marie sur Babel. Les autorités du Canal exigent, en plus du capitaine, 4 adultes préposés aux aussières. Aussi les équipiers des voiliers dans l’expectative s’entraident-ils afin d’économiser le coût de « handliners » professionnels. Et les apéros n’en sont que plus conviviaux !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vives émotions dans les écluses

Le 18 mars 2018, Balanec est ancré dans le port de commerce Cristobal, devant Colon. Toute la journée, nous attendons notre transit adviser. A la différence des grosses unités qui sont réellement prises en charge par un pilote, les voiliers, eux, reçoivent à leur bord un « conseiller en transit ». Le capitaine reste seul maître à bord mais peut s’appuyer sur les recommandations de ce professionnel… s’il ne somnole pas ou s’intéresse quelque peu aux contraintes de la plaisance. Par chance, l’agréable Francisco saute à bord de Balanec en fin d’après-midi et le moteur est mis en marche. C’est parti pour le franchissement de l’isthme.

 

Canal18032018-DSCN2653

Francisco, conseiller en transit, embarque sur Balanec.

 

Canal10032018-IMG_0018Passant sous l’impressionnant pont en construction qui ralliera, en 2019, les deux rives, nous nous dirigeons vers les écluses Gatun dans lesquelles notre radeau pénètre, Balanec à couple de deux autres voiliers. Au dessus de nos têtes, des petits bonhommes sortis tout droit d’une boîte de lego – casque bleu vif de chantier et gilet de sauvetage rouge – lancent une touline afin d’y fixer nos amarres bâbord et les tendre sur la paroi. A l’instant où les portes d’acier se rabattent sur  nous, une émotion mêlée d’appréhension et de curiosité m’envahit. A mesure que le sas se remplit, de puissants tourbillons dansent autour de la coque. Trois écluses plus tard, Balanec a grimpé de 26 mètres !

Canal18032018-IMG_0021

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une équipe de choc

Jean-François, Gérard et Paluch, nos équipiers, sont de parfaits « handliners », concentrés sur les aussières qu’ils laissent filer, petit à petit, aux écluses descendantes. Le radeau doit rester bien au centre du sas en dépit des remous de l’eau. Plus d’une embarcation a fini drossée sur les murailles en béton à cause d’un équipier inexpérimenté ; et gare aux mains et aux pieds parfois dangereusement coincés dans les des aussières tendues à blanc. Heureusement, notre transit se déroule sans casse ni blessure.

Canal18032018-IMG_0035

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au sommet des montagnes

Mouillage pour la nuit dans le lac Gatun, à la sortie du premier groupes d’écluses. Le lendemain matin, nous traversons cette vaste étendue de 33 km en compagnie de deux autres conseillers en transit, Roy et Romuald. Les rives taillées à la serpe rappellent le caractère artificiel de ce lac creusé dans la montagne. Faisant feu de tout bois, la nature y a repris ses droits : hirondelles, vautours, crocodiles, paresseux ou singes hurleurs se manifestent à notre œil ou à notre ouïe.

 

Canal03032018-DSCN2585

Vautour et croco, le duo ravageur !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Coline, maître-coq

Canal19032018-DSCN2670Pendant la navigation, Coline gère les repas, suivant scrupuleusement son livre de recettes : spaghettis bolognaise, salade de crudités, mousse au chocolat… Pour la quiche aux légumes du soleil et la tarte à la banane, elle est secondée par Jean-François. Avec Gérard à la vaisselle, je pourrais presque bronzer sur le pont en sirotant du jamaïca ! Mais toute cette eau douce qui glisse sous la coque n’est pas à gaspiller, ni l’électricité produite par le moteur : configuration idéale pour faire tourner le lave-linge.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Gigantisme et mondialisation

Canal19032018-IMG_0086

Tout en progressant dans le chenal, nous croisons des porte-conteneurs, des pétroliers, des gaziers, des paquebots, des « bateaux frigo », d’autres chargés d’automobiles… Ils battent pavillon libérien, maltais, danois, américain, bahamien… Toute embarcation confondue, près d’un million de navires ont déjà transité via le Canal de Panama.

 

Canal10032018-IMG_0055

Rentré au chausse-pieds dans l’écluse ! Il reste exactement 60 cm de chaque côté.

 

En 2017, le Canal franchit une nouvelle étape dans la course au gigantisme. Des écluses plus larges (56 m), plus longues (560 m) et plus profondes voient le jour pour recevoir les unités de taille Panamax. Les écluses d’origine (36 m de large et 360 de long) – que Balanec emprunte – étaient devenues par trop étriquées ! Dorénavant, le passage dans ces nouveaux équipements coûte la bagatelle d’un million de dollars ! C’est à frémir en imaginant le prix du bateau et de sa cargaison… Le Canal compte 10 000 travailleurs, dont 270 pilotes, et une quarantaine de « conseillers en transit ». Chaque jour, près de 40 navires empruntent le chenal interocéanique, mais seulement 4 à 5 voiliers. Parmi ces derniers, on entend parler surtout… français ! l’une des trois nationalités les plus représentées au côté des Etatsuniens et des Britanniques.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et s’ouvrent les portes du Pacifique

Après Pedro Miguel, Balanec pénètre dans l’ultime écluse baptisée Miraflores. Une demi-heure plus tard, la machinerie infernale dépose l’Ovni et ses équipiers quelques 26 mètres plus bas. Le Pont des Amériques salue notre entrée dans le vaste océan Pacifique.

Canal18032018-IMG_0057Canal19032018-DSCN2674